Salon étudiant – quelques conseils pour réussir sa visite

Cette fin semaine a lieu le salon du lycéen et de l’étudiant sur Bordeaux Lac. L’occasion, au gré des stands, des conférences et autres animations, de récolter des informations précieuses pour bâtir votre avenir. Dans un bilan d’orientation, cette activité entre dans la phase dite « d’exploration ». C’est au cours de cette étape que vous validez les pistes identifiées en vous informant sur la durée, le lieu et les modalités de recrutement des différentes formations. Un moyen de confronter vos idées à la réalité. Et comme le dit si bien ma formatrice Laurence Carré, « l’exploration est la clé de l’orientation ».

 

Comment préparer la visite ?

 

Établissez un plan Plan Aquitec

Un salon, c’est grand, immense même… Et passer la journée à enchaîner les discussions avec les représentants de chaque école sans savoir ce qui vous plaît, ça va vous paraître long, et cela risque de vous décourager… Pour ne pas repartir au bout d’une heure ou traîner des pieds derrière vos parents un tantinet agacés, établissez une liste des visites à partir du plan du site. Cette liste est bien entendu alimentée par votre réflexion personnelle, vos intérêts et vos premières idées d’orientation (issues de votre bilan par exemple). Programmez vos visites à la manière d’un jeu de piste. Cela peut paraître simple mais une fois au bout de la liste, vous serez content de vous !

Faites votre liste de questions

Lieu et durée de la formation, programme, modalités de recrutement, débouchés, autant de sujets à aborder pour vous projeter dans les prochaines années. Faites part de tous vos questionnements, présentez-vous, parlez de vos résultats scolaires. Les représentants des écoles sont là pour vous répondre. Et n’oubliez pas de noter un maximum d’informations ainsi que votre ressenti sur le moment. Les plaquettes distribuées sont assez identiques d’une formation à l’autre, vos notes seront différentes d’un stand à l’autre.

Restez ouverts

Une fois votre « plan » respecté, vous pouvez prendre le temps de vous balader dans le salon, et vous laisser aller à la découverte. Qui sait ? Vous pouvez avoir un coup de cœur et tomber sur votre vocation. Christophe Colomb cherchait une nouvelle route vers les Indes lorsqu’il a découvert l’Amérique…  Cependant, il sera important de creuser cette nouvelle idée à l’issue de la journée pour ne pas que cela reste une lubie !

Profitez de la journée

Que vous y alliez avec vos parents ou entre amis, profitez de cette journée pour échanger sur vos projets, sur vos rêves. L’orientation est souvent envisagée comme une étape angoissante, où l’on se dit « il faut absolument que je trouve quelque chose à faire plus tard sinon… ». Et si vous vous demandiez plutôt ce que vous allez réaliser d’important grâce à l’une de ces formations ? Quel sens y mettez-vous ? Parlez-en aux personnes qui vous accompagnent. Pour les parents, cette journée est l’occasion d’accueillir tous les projets de votre adolescent, même lorsqu’ils vous semblent loin de votre univers. Et si vous sentez une baisse de motivation pour les cours, la confrontation aux exigences des sélections est un bon moyen de « relancer la machine », en toute bienveillance bien sûr… Vous pouvez également comparer vos intérêts. Dans le cadre du bilan d’orientation, je propose depuis peu de faire passer le test des intérêts professionnels STRONG aux parents. Cela permet de comparer vos résultats, de comprendre pourquoi une formation plaît à l’un et non à l’autre… En effet, si le test révèle des intérêts professionnels différents, il est normal que vous ne soyez pas toujours sur la même longueur d’onde. Acceptez vos différences et profitez de la journée pour les aborder avec légèreté.

 

Et après le salon ? 

 

Mobilisez votre entourage

Une formation a retenu votre attention ? Un métier vous plaît particulièrement ? Continuez l’exploration en contactant une personne pouvant vous faire part de son expérience. Parlez de votre démarche à vos parents, à votre famille ou à votre voisin et demandez leur d’ouvrir leur « carnet d’adresse ». Pour en savoir plus sur les formations, n’hésitez pas à contacter des élèves vous ayant précédé au collège ou lycée, vos professeurs peuvent vous aider à les retrouver. Avant de les appeler, préparez un questionnaire du type : « Quel est votre parcours ? En quoi consiste votre métier / cette formation ? Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail / cette formation ? Le moins ? Pouvez-vous me décrire une journée type ? Avec quelles personnes travaillez-vous ? » Rien de tel que l’avis d’un professionnel ou d’un étudiant pour enrichir votre réflexion. C’est un point de vue différent des exposants du salon, et tout aussi important !

Le rôle de votre conseiller d’orientation

Vous pouvez également prendre rendez-vous avec le conseiller d’orientation de votre établissement et lui présenter votre projet de formation. Il pourra ajouter des éléments, évaluer la cohérence de votre projet et vous aider à élaborer votre stratégie de choix pour l’APB, pour les élèves de Terminale.

Utilisez tous les atouts à votre disposition, mais n’oubliez pas, c’est vous qui choisissez !

Bonne visite, bonne exploration !

Thomas

Si vous n’êtes pas disponible ce week-end, voici la liste des salons.

Admission Post-bac : comment faire le bon choix ?

Pour les élèves de Terminale, les premiers mois de l’année 2017 seront occupés à établir la liste des choix pour les études post-Bac. Pour certains, cette étape est une formalité, pour d’autres, elle est stressante car se projeter dans l’avenir est encore difficile.

Pour se donner les meilleures chances de faire le bon choix lorsque l’on n’a « pas d’idée », le bilan d’orientation est l’outil qui permet d’inscrire son projet d’études dans un projet professionnel à plus long terme, en se servant de la connaissance de soi et en découvrant ses intérêts professionnels et ses sources de motivation. Un tel travail permet ainsi d’aborder les choix post-Bac avec plus de sérénité.

Un bilan comprend 8 heures d’entretiens, réparties sur 8 à 10 semaines. A l’issue de ce travail, un projet est défini, en phase avec la personnalité et les aspirations du jeune lycéen, tout en prenant en compte les contraintes de son environnement (les débouchés, le prix des études, le parcours scolaire etc.).

Trois phases sont abordées lors d’un bilan : la connaissance de soi, l’exploration des intérêts professionnels et des sources de motivations, l’élaboration du projet professionnel et le choix des études Post-bac.

Si vous êtes intéressés par le bilan d’orientation, plus d’information dans la rubrique orientation scolaire et professionnelle.

Pour rappel, voici les dates clés de l’APB 2017 (Source www.admission-postbac.fr)

Du 20 janvier au 20 mars 2017 : ouverture de votre dossier d’inscription et saisie de vos candidatures

Du 20 janvier au 2 avril 2017 : constitution et envoi des dossiers de candidature

31 mai 2017 minuit : date limite pour le classement des vœux

Un film qui fait réfléchir…

Comment c’est loin

 

Premier clin d’œil de l’année pour un coup de cœur ! Dès la première écoute de la Bande Originale du film « Comment c’est loin », réalisé par Orelsan, j’ai eu envie d’écrire quelques lignes. Confiance, talent, doute, croyances, passivité, passage à l’action… Orelsan et Gringe, formant le groupe les Casseurs Flowteurs, jouent autant de thèmes qui font mon métier.

Comment c’est loin, c’est l’histoire de deux potes qui doivent produire en une journée ce qu’ils n’ont pu faire lors des 10 dernières années. Comment c’est loin, c’est l’histoire de nous tous, jeunes ou moins jeunes, face à nos désirs et ce qui nous empêche parfois de les mettre en musique.

Le doute, l’estiIlustration albumme de soi et le regard de l’autre sont des sujets qui reviennent en boucle dans ce film. Les deux artistes, repérés lors de leur Freestsyle sur Radio Phoenix, se voient offrir un appart et un studio d’enregistrement pour réaliser leur album. Depuis, rien… Comme paralysés par l’action, parasités par leur entourage qui les renvoie à leurs doutes, rabâchant qu’ils ne réussiront jamais.

« Si c’était si facile, tout le monde le ferait … » Nos projetsnos rêves sont affectés par cet adage souvent accompagné d’un tas de croyances que j’entends régulièrement… « On ne peut plus trouver de travail avec tout ce chômage », « le monde du travail est trop dur pour les jeunes », « c’est la crise ! », « cette filière est bouchée », et bien d’autres…

Ajoutés à cela, les « rêves prétentieux », « abandonnez ! », « redescends sur terre » sont autant d’injonctions qui font qu’Orelsan subit un job ennuyeux pendant que Gringe est aux prises avec ses démons. Du coup, « l’avenir appartient à ceux qui s’lèvent à l’heure où les deux rappeurs se couchent », aux autres donc…

Mais dans cette impasse, nos convictions, notre créativité, nos passions et les personnes « ressources » sont les alliés qui nourrissent l’estime de soi et aident à nous mettre en mouvement, afin de ne pas laisser nos rêves et nos projets Inachevés. Alors face à ces croyances et injonctions, nos deux compères rétorquent : « Si t’écoutes les personnes qui dorment, les rêves n’arrivent jamais » ou « La médiocrité commence là où les passions meurent ». Puis, ils laissent entrer une grand-mère bienveillante dans leur univers le temps d’une chanson, et accueillent les encouragements revigorants d’un fan un peu spécial joué par Redouane Harjane. Tout cela pour vivre de ce qui les fait vibrer.

Ce film est donc l’histoire de gars « normaux », faisant face à des problèmes que nous rencontrons tous les jours… et qui finissent par vivre [de] leur rêve.

Un second client d’œil à Sélim pour son article de novembre ! Procrastination, quand tu nous tiens…

Thomas