Comment c’est loin

 

Premier clin d’œil de l’année pour un coup de cœur ! Dès la première écoute de la Bande Originale du film « Comment c’est loin », réalisé par Orelsan, j’ai eu envie d’écrire quelques lignes. Confiance, talent, doute, croyances, passivité, passage à l’action… Orelsan et Gringe, formant le groupe les Casseurs Flowteurs, jouent autant de thèmes qui font mon métier.

Comment c’est loin, c’est l’histoire de deux potes qui doivent produire en une journée ce qu’ils n’ont pu faire lors des 10 dernières années. Comment c’est loin, c’est l’histoire de nous tous, jeunes ou moins jeunes, face à nos désirs et ce qui nous empêche parfois de les mettre en musique.

Le doute, l’estiIlustration albumme de soi et le regard de l’autre sont des sujets qui reviennent en boucle dans ce film. Les deux artistes, repérés lors de leur Freestsyle sur Radio Phoenix, se voient offrir un appart et un studio d’enregistrement pour réaliser leur album. Depuis, rien… Comme paralysés par l’action, parasités par leur entourage qui les renvoie à leurs doutes, rabâchant qu’ils ne réussiront jamais.

« Si c’était si facile, tout le monde le ferait … » Nos projetsnos rêves sont affectés par cet adage souvent accompagné d’un tas de croyances que j’entends régulièrement… « On ne peut plus trouver de travail avec tout ce chômage », « le monde du travail est trop dur pour les jeunes », « c’est la crise ! », « cette filière est bouchée », et bien d’autres…

Ajoutés à cela, les « rêves prétentieux », « abandonnez ! », « redescends sur terre » sont autant d’injonctions qui font qu’Orelsan subit un job ennuyeux pendant que Gringe est aux prises avec ses démons. Du coup, « l’avenir appartient à ceux qui s’lèvent à l’heure où les deux rappeurs se couchent », aux autres donc…

Mais dans cette impasse, nos convictions, notre créativité, nos passions et les personnes « ressources » sont les alliés qui nourrissent l’estime de soi et aident à nous mettre en mouvement, afin de ne pas laisser nos rêves et nos projets Inachevés. Alors face à ces croyances et injonctions, nos deux compères rétorquent : « Si t’écoutes les personnes qui dorment, les rêves n’arrivent jamais » ou « La médiocrité commence là où les passions meurent ». Puis, ils laissent entrer une grand-mère bienveillante dans leur univers le temps d’une chanson, et accueillent les encouragements revigorants d’un fan un peu spécial joué par Redouane Harjane. Tout cela pour vivre de ce qui les fait vibrer.

Ce film est donc l’histoire de gars « normaux », faisant face à des problèmes que nous rencontrons tous les jours… et qui finissent par vivre [de] leur rêve.

Un second client d’œil à Sélim pour son article de novembre ! Procrastination, quand tu nous tiens…

Thomas

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *